top of page
  • RAPH

Hockey & Média

Dernière mise à jour : 20 janv.




Le hockey sur glace est un sport qui peine à être connu en France. D’après une étude menée par « Statista » en 2023, le hockey se classe au 19erang parmi les sports les plus suivis en France avec seulement 4 % des sondages derrière le golf (5%), la gymnastique (8%) mais également le baseball (6%) ou encore le tennis de table (6%).


Quant à sa popularité dans le monde entier, le hockey sur glace figure dans le top 4 des sports les plus

regardés en Amérique du Nord tandis qu’il est le sport numéro 1 dans les pays scandinaves comme la Finlande et la Suède mais également en Russie.


Cette différence, aussi flagrante soit-elle, peut s’expliquer à travers la couverture médiatique que ce sport

représente.


En effet, le hockey sur glace est bien plus suivi dans les pays nord-américains grâce aux

nombreux médias qui diffusent les rencontres de la NHL en direct mais également grâce au contenu qui s’articule autour de cette ligue, que ce soit des podcasts, des émissions télévisées, etc. Cependant, il est possible de penser que tout ce contenu est possible et accessible grâce à la visibilité et à l’attraction que la NHL génère en Amérique du nord ainsi que dans le monde entier, et vous auriez en parti raison.


Malgré tout, est-ce vraiment cette attractivité et la visibilité de la NHL qui font que ce sport est un des plus populaires sur le continent nord-américain ? Bien évidemment, ce paramètre est un facteur majeur quant à la popularité du hockey aux Etats-unis et au Canada. Cependant, comment le hockey peut-il se développer en France si nous n’avons aucun moyen fiable de suivre les prouesses de la NHL mais aussi de la Ligue Magnus qui voit son niveau de jeu augmenter de saison en saison ?


Afin d’augmenter la visibilité du hockey en France, il est primordial de promouvoir ce que le hockey

français fait de mieux à l’échelle national. Les médias les plus populaires doivent diversifier et créer davantage de contenu, notamment sur les réseaux sociaux qui constituent désormais un pôle majeur de la communication et de la diffusion de contenu de nos jours. En effet, nous, médias français, ne valorisons pas assez les performances de la Ligue Magnus ainsi que de nos français évoluant à l’étranger, comme à l’image de Stéphane Da Costa, dont nous sommes sans nouvelles depuis quelques années maintenant.


À l’inverse, certains médias préfèrent utiliser un fait divers afin de créer de l’audience et de générer plus de visites sans pour autant se soucier du développement de la popularité du hockey sur glace en France. Ce cas a pu être aperçu avec « Le Parisien » qui a posté un tiktok sur le décès d’un joueur de hockey, le joueur des Nottingham Panthers, Adam Johnson, lors d’un match de Elite Ice Hockey League (EIHL) qui correspond à la ligue professionnelle de hockey sur glace en Grande-Bretagne.


De plus, la Ligue Magnus dispose d’une très faible couverture médiatique en ce qui concerne la diffusion des rencontres en direct. En d’autres termes, il n’existe, à ce jour, que deux plateformes sur lesquelles il est possible de suivre des match de Synerglace Ligue Magnus. La première plateforme est le site payant de streaming sportif « Fanseat » qui diffuse tous les matchs de la Synerglace Ligue Magnus. Quant au second moyen de diffusion, il s’agit de la chaine « Sport en France » qui retransmet en direct environ un match par semaine. De ce fait, il est également capital que le hockey sur glace soit diffusé des chaînes de télévision de renommée comme « BeIn Sports » le fait depuis cette année en diffusant plusieurs matchs de la NHL par semaine. La diffusion du hockey sur glace sur « BeIn Sports » est d’ores et déjà un grand pas en avant quant à la croissance de la popularité du hockey sur glace en France. D’un autre côté, le hockey et les médias français ont une énorme carte à jouer avec notre société actuelle.


En effet, nous vivons dans un monde où les réseaux sociaux prennent une ampleur de plus en plus importante dans notre vie.


Les réseaux sociaux sont devenus une partie intégrante de notre vie qui nous

permet de s’informer, de se divertir mais également de diffuser des informations à la vitesse de l’éclair. Ce jeudi 11 janvier, la Fédération Française de Hockey sur Glace (FFHG) a annoncé avoir déposé sa demande de candidature afin d’accueillir les championnats du monde masculin comme auparavant en

2017. Cette fois-ci, ces championnats du monde se dérouleraient à Paris ainsi qu’à Lyon, rendant ainsi cette édition unique puisqu’elle se jouerait qu’en France contrairement aux championnats du monde de

2017 qui avaient également lieu à Cologne, en Allemagne. Lors des championnats du monde 2028, l’enjeu sera plus grand pour la FFHG qui devra tout mettre en œuvre pour que cette édition soit bien meilleure que celle de 2017. En effet, l’AccorHotels Arena a enregistré une moyenne de 7 465,2 spectateurs par match en incluant les deux quarts de finale joués à Paris (allant de 2 696 spectateurs lors du match Slovénie-Norvège à 14 510 spectateurs lors du match France-Canada).

Quant à l’Allemagne, Cologne a enregistré une moyenne de 13 595,7 spectateurs en incluant les phases finales (allant de 4 454 spectateurs

lors du match Slovaquie-Danemark à 18 797 spectateurs lors du match Allemagne-Lettonie). Cette

différence d’audience s’explique par la capacité des deux patinoires qui pouvaient accueillir

respectivement 15 000 spectateurs à l’AccorHotels Arena et 18 500 spectateurs à la Lanxess Arena de

Cologne. Cette différence a également pu s’expliquer avec la stratégie marketing que les différents pays ont pu utiliser.

Pour 2028, la FFHG devra s’appuyer davantage sur les réseaux sociaux qui prennent une

plus grande importance de jours en jours. L’utilisation du marketing sur les réseaux sociaux va permettre à la FFHG de toucher un public de plus en plus jeune mais surtout de toucher un plus large public. Pour se faire, il est possible de s’appuyer sur des influenceurs. En effet, un influenceur « Instagram » ou « Tiktok » pourra toucher un public bien plus large et diversifié qu’une quelconque entité sportive qui touche majoritairement un public déjà intéressé par le sport en question.


Dans le monde du hockey sur glace, l’utilisation d’influenceurs se fait de plus en plus, comme à l’image de la NHL. En effet, la NHL s’associe à des influenceurs issus du monde du hockey afin de créer du contenu divertissant qui permet de faire de la publicité sur des événements majeurs qui surviennent pendant l’année. Cette stratégie a pu être aperçu lors de l’événement annuel du « Winter Classic », un match de saison régulière joué en extérieur au cœur d’un stade de football américain ou même de baseball lors du 1er

janvier de chaque année afin de célébrer la NHL et la nouvelle année. Cette année, la NHL a

invité l’influenceur Pete Lenes, plus connu sous le nom de « Swaggy P » . « Swaggy P » possède une page Instagram avec plus de 70 000 abonnés sur son compte « Swaggy P » tandis qu’il enregistre plus de 170 000 abonnés sur le compte « Elev802 », son compte dédié à son entreprise de coaching de hockey dirigée par lui-même et nuls autres que Scott Gomez et Torrey Mitchell.


De plus, de nombreuses équipes de la NHL, comme les Los Angeles Kings, le Wild du Minnesota ou même les Washington Capitals, invitent « Swaggy P » afin qu’il performe et démontre l’étendue de son talent aux yeux du grand public entre les périodes des matchs.


Afin de gagner en popularité, nous nous devons de diversifier notre contenu afin de toucher un public plus large et de tous les âges. De plus, il est essentiel d’utiliser les réseaux sociaux à bon escient si nous voulons partager à tous notre passion immuable que nous avons pour le hockey pour qu’il obtienne enfin la popularité qu’il mérite tant à nos yeux.


Rédaction : Raphaël Dangueuger

197 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page