top of page

EVOLUTION

EQUIPEMENT DES GARDIENS

De Jacques Plante à Carey Price, en passant par Ken Dryden et Patrick Roy... Attitude, style et équipement, le poste de gardien est celui qui a le plus évolué, tout sport professionnel confondu.

L'équipement du gardien a connu des modifications importantes au cours des décennies.

Le perfectionnement du jeu et le besoin de sécurité ont obligé les gardiens à faire preuve de créativité.

source article Radio Canada

Les jambières

Pièces maîtresses de la protection des gardiens, les jambières sont apparues au début du 20e siècle. Les premières étaient inspirées de celles utilisées au cricket. Avec les années, les jambières sont devenues plus solides et plus imposantes.

Fabriquées de cuir à l'origine et rembourrées de feutre, elles sont aujourd'hui confectionnées avec des matériaux synthétiques. Les jambières offrent dorénavant une meilleure protection tout en étant plus légères.

La LNH a été obligée d'intervenir au retour du lock-out. La taille des jambières a fait l'objet d'une réglementation sévère, car certains gardiens utilisaient un équipement à la taille exagérée.

Le 22 juillet 2005, la LNH a réduit la largeur des jambières de 12 pouces à 11 pouces de manière à décupler les occasions de marquer. En 1989, la Ligue avait pourtant pris le chemin inverse en élargissant les jambières de 10 à 12 pouces.

Les jambières de Garth Snow sont devenues légendaires par leur dimension, tandis que celles de Roberto Luongo ont été l'objet de sarcasmes en raison de pièces injustifiées.

Le bâton du gardien

Dans les premiers temps, tous les joueurs jouaient avec le même bâton. Vers 1907, les gardiens ont adopté des bâtons élargis dans la partie inférieure pour mieux stopper les tirs. Les bâtons possèdent maintenant une lame courbe, car les gardiens sont appelés à jouer un rôle plus actif avec leurs coéquipiers

Le gant et le bouclier

Le gant et le bouclier ont connu une évolution particulière. Les premiers gardiens étaient équipés de gants identiques aux autres joueurs. Émile Francis, dit « le chat », est l'inventeur des gants du gardien de but. L'ex-gardien des Blackhawks et des Rangers dans les années 40 et 50 a innové en se présentant à un match équipé d'un gant de baseball de premier but. Le port du gant a soulevé un tollé, mais le président de la LNH de l'époque, Clarence Campbell, a donné sa bénédiction à l'initiative.

Le même Francis est aussi crédité de l'invention du bouclier. Il a fixé un morceau de caoutchouc mousse au gant de la main qui tient le bâton. Rapidement, l'instrument s'est imposé et il s'est transformé en cuir, rembourré de feutre ou d'éponge. Aujourd'hui, le bouclier est fabriqué de plexiglas incassable.

p.jpg

Le masque

Symbole du gardien, le masque est ironiquement une des dernières pièces à s'être ajoutée à l'équipement des portiers. La légende populaire attribue à Jacques Plante, le gardien du Canadien, l'invention du masque. Toutefois, il faut remonter à Clint Benedict en 1929. Il a été le premier à confectionner un masque de cuir qu'il porta à quelques reprises. Fait inusité, Elizabeth Graham, en 1927, a porté un masque d'escrime dans un match à l'Université Queen's. Son père avait insisté pour qu'elle le porte après avoir subi des traitements dentaires...

La vie de gardien était fort dangereuse. Terry Sawchuk en est le cruel exemple: après une douzaine d'années à jouer sans masque, il avait reçu... 600 points de suture au visage! (photo)

Jacques Plante a contribué à répandre le port du masque. Coupé au visage par un tir d'Andy Bathgate des Rangers de New York le 1er novembre 1959, Plante était revenu au jeu avec le masque. Il avait menacé l'entraîneur Toe Blake de ne pas jouer s'il l'empêchait de le revêtir.

Blake n'ayant pas d'autres gardiens à sa disponibilité, il a dû se résoudre à accepter l'exigence de Plante, gagnant du trophée Vézina les trois saisons précédentes. Ce soir-là, le Canadien allait revenir de l'arrière pour l'emporter, ainsi que les 11 matchs suivants.

Plante n'allait jamais abandonner le masque par la suite. Et ses collègues des autres équipes n'ont cessé de l'imiter depuis.

Le masque permet aussi aux gardiens de s'exprimer. Gerry Cheevers, des Bruins de Boston, a lancé cette mode. Il peignait sur son masque des points de suture chaque fois qu'il recevait une rondelle ou un coup au visage en guise de souvenir des bienfaits du port de la célèbre pièce d'équipement.

Pendant la décennie 70 et jusqu'au milieu des années 80, plusieurs gardiens ont adopté le casque-grille, pratique popularisée par le Russe Vladislav Tretiak. Le masque en fibre de verre avait été jugé trop dangereux.

De nos jours, le masque est qualifié d'hybride. Le concepteur Dave Dryden, frère du célèbre gardien du Canadien Ken Dryden, a mis au point un masque de fibre de verre muni d'un grillage à la hauteur du visage.

Ce masque est considéré comme l'une des meilleures protections faciales pour les gardiens. À tel point qu'aujourd'hui, de nombreux receveurs et arbitres du baseball utilisent ce modèle.

t_edited.jpg
bottom of page